Petites histoires

Chaque artiste a son côté privée, rien à voir avec son travail. Voici ici une série née pour une exposition spécifique qui a été l’expédient pour traduire en gravure les souvenirs de jardins d’enfance, de floraisons, de mémoire, de histoires. Ces petites histoires.

Le jardin noble

Le jardin noble n’est pas le jardin d’une résidence nobiliaire mais le jardin qui naît d’une intention, d’un projet, pour donner une personnalité à un petit bout de terre; chez moi, en Italie, le jardin d’une maison d’un hameau est essentiellement fleuri par des plantes « pratiques », ou par des plantes à floraisons annuelles abondantes. Dans le tableau 8, je raconte une intention, celle d’affirmer sa propre présence dans la maison avec un signe permanent. Le laurier rose que ma grand-mère a planté, après son mariage,dans un triangle anonyme de terre, entre le grevier de l’entrée et le mur de clôture, a 67 ans; c’est le symbole de la conquête de sa propre place dans la grande maison des beaux-parents, où elle allait vivre si jeune et pleine d’énergie. Elle n’a jamais arrêté de rappeler à tous qu’elle avait planté ce laurier rose elle-même.

Laura Hirennau laurier rose
Le laurier rose de ma grand-mère, Italie.

Aujourd’hui le laurier rose domine ce pouvre triangle; six mètres de hauteur, presque huit du diamètre, cette plante a été capable de survivre à l’inconstance des hommes et à l’intempérance des saisons. Aujourd’hui encore il porte à chaque saison, dans sa floraison rose et parfumée son message originaire d’amour et beauté.

Le jardin spontané

Où habite cette mauve géante? Et surtout, d’où vient elle ? Si je vous disais que le vent l’a portée? Tout d’abord le vent, ensuite, moi… en train…

Quand j’étais étudiante j’habitais dans la banlieue à côté de Venise, Marghera, dans le quartier  appellé “Cita”, celle-là, avec la fumée dans le ciel ou le ciel dans la fumée. Comme étudiante j’occupais un appartement au cinquième étage d’une grande barre, écrasé entre le chemin de fer, l’autoroute et les usines.

Laura Hirennau le quartier
Le quartier Cita, Marghera (Venise), Italie.

Je ne me rappelle pas des jardins autour, mais à la fin de la premiere année , au printemps, parut un cadeau porté du ciel. Là-haut, au cinquième étage, sur une terrasse, dans des pots de fleurs vides, abandonnés depuis des années par les précédents locataires ,une mauve était née, et au mois de mai elle fleurit:

miracle pourpre. Je conservai les graìnes pour répéter le miracle chez moi. Maintenant les mauves naissent chaque année, sans avoir besoin de moi, multitude joyeuse et désordonnée, comme des rires dans une fête.